29 de maio de 2007

pintura de Monika Fischer


La nuit n'est jamais compléte.
Il ya toujours puisque je le dis
Il ya toujours puisque je l'affirme
Au boût d'un chagrin,
Une fenêtre ouverte
Une fenêtre eclairée.

Paul Éluard
1983

1 comentário:

Maria disse...

Quem melhor que Éluard para escrever sentires exaltados...fingindo que não...

Madame, je vous laisse des bonbons...
et
je vous embrasse.

Maria